Pourquoi vos participant·e·s se forment ?

Connaître son public Feb 15, 2020

Les raisons qui poussent les individus à s’inscrire en formation professionnelle sont variables : le plaisir d’apprendre, l’espoir d’une promotion, la possibilité de rencontrer d’autres personnes du même domaine, le conseil d’un supérieur, etc. Si ces motifs peuvent sembler anodins, ils témoignent pourtant de la motivation des personnes par rapport à la formation elle-même. L’engagement en formation est "à la fois l’acte d’entrée et l’implication du sujet dans le processus d’apprentissage" (Bourgeois, 2009). Dans ce billet, je vous propose de découvrir les processus motivationnels présents à la genèse de l’engagement, de la première expression d’intention jusqu’au démarrage réel de l’action de formation.

Au début des années 2000, Philippe Carré a interrogé 61 salariés travaillant dans divers organismes et à différents niveaux d’organisation, sur ce qui les poussait à s’inscrire en formation. Par ce travail, il a identifié dix motifs d’engagement en formation qu’il classe selon deux axes.

Le premier axe distingue les motifs à orientation intrinsèque et ceux à orientation extrinsèque. La première regroupe des motifs où la motivation relève de l’individu lui-même, voire de sa propre volonté de se former (“J’aime apprendre de nouvelles choses”) alors que la seconde est liée à des buts et avantages extérieurs que la formation lui permet d’atteindre (“Je me suis inscrit pour avoir une ligne en plus sur mon CV”). Sur le deuxième axe, Carré distingue les motifs selon qu’ils s’orientent vers l’apprentissage ou vers la participation. Certains apprenants visent prioritairement l'acquisition de contenus de – connaissances, habiletés, attitudes – et sont dès lors centrés sur l’apprentissage ("J'ai besoin d'avoir un niveau d'espagnol suffisant avant de partir en voyage"). D’autres visent plutôt la simple inscription et/ou présence au sein d’un groupe, indépendamment de l'apprentissage de savoirs ("J'ai envie de rencontrer d'autres professionnels qui ont les mêmes problèmes que moi sur ce sujet").

En combinant ces deux axes, le modèle propose quatre quadrants spécifiques au sein desquels se répartissent les dix motifs d’engagement.

Ces motifs ne sont ni des traits de personnalité ni des styles d’apprentissage. “Les motifs traduisent le rapport qu'établit le sujet, à un certain moment, avec un certain type de formation. Ils ne sont ni uniques, ni nécessairement stables” (Carré, 1999). Un individu possède souvent plusieurs motifs d’engagement au moment de s’inscrire en formation, dépendant eux-mêmes des circonstances et des contenus.

Les 10 motifs d’engagement

Le modèle distingue trois motifs intrinsèques : le motif épistémique, le motif socio-affectif et le motif hédonique.

Le motif épistémique (orientation vers l’apprentissage) se manifeste par le fait d’apprendre pour le plaisir d’apprendre. Dans ce cas, la formation est une source de plaisir en soi, car elle permet à la personne de s’approprier de nouveaux savoirs et de se cultiver.

Le motif socio-affectif (orientation vers la participation) correspond à la recherche de contacts sociaux, de communication. Pour répondre à ce motif, la formation doit offrir des occasions d'échanges avec d'autres, de développement de nouvelles relations, de partage d’expérience, de création d’une communauté, etc.

Le motif hédonique (orientation vers la participation) indique que l’individu s’inscrit pour l’ambiance de la formation, son environnement ou encore ses conditions pratiques – en dehors de tout apprentissage d’un contenu précis. Dans une première vague des MOOC (cours en ligne ouverts et massifs), il s’agissait d’un motif très fréquent ; les participants s’inscrivaient avant tout pour découvrir cette nouvelle modalité de formation en ligne ainsi que pour sa gratuité. Pour répondre à ce motif, il s’agit dès lors de soigner l’ambiance de la formation, le confort des lieux, l’expérience d’apprentissage en ligne, la richesse des ressources à disposition, etc.

Les motifs ayant une orientation extrinsèque procurent une satisfaction en dehors de la formation elle-même : il s’agit du motif économique, du motif prescrit, du motif dérivatif, du motif opératoire professionnel, du motif opératoire personnel, du motif identitaire et du motif vocationnel.

Le motif économique (orientation vers la participation) est lié à un avantage matériel ou économique. L’individu qui suit la formation espère que celle-ci lui apportera des avantages directs – allocations de chômage, jours de congés supplémentaires, etc. – ou indirects – une promotion.

Le motif prescrit (orientation vers la participation) relève de l’injonction d’autrui ; l’individu s’inscrit en formation par obligation légale, pression hiérarchique ou conformité sociale.

Le motif dérivatif (orientation vers la participation) correspond au choix de suivre une formation pour éviter une situation désagréable (mauvaise ambiance, manque d’intérêt au travail, problèmes familiaux, etc.).

Le motif opératoire professionnel (orientation vers l’apprentissage) témoigne d'une volontéde l'individu d’acquérir des compétences nécessaires pour le travail afin de pallier un manque de connaissance dans un domaine, anticiper ou s'adapter à des changements, de découvrir ou de perfectionner des pratiques, etc.

À l’opposé, lorsque la formation permet d'acquérir des compétences qui se situent en dehors du travail, il s’agit du motif opératoire personnel (orientation vers l'apprentissage). La formation doit alors permettre de développer des compétences perçues comme nécessaires à la réalisation d'activités spécifiques en dehors du champ professionnel (loisirs, vie familiale, voyages, responsabilités associatives, humanitaires, religieuses, politiques, etc.).

Le motif identitaire (orientation centrale) témoigne de l’envie d’acquérir des compétences qui modifieront l’image de soi et la reconnaissance de l’environnement. Il s'agit d'acquérir les savoirs (connaissances, habileté, attitudes) et/ou la reconnaissance symbolique nécessaires à une transformation (ou une préservation) de ses caractéristiques d'identification sociale, à travers le maintien ou la transformation du statut social ou familial, de la fonction, du niveau de qualification, du titre, etc.

Le motif vocationnel (orientation centrale) indique que l’inscription est centrée sur une logique d'orientation professionnelle, de gestion de carrière ou de recherche d'emploi. Le participant cherche à acquérir les savoirs (connaissances, habileté, attitudes) et/ou la reconnaissance nécessaires à l'obtention d'un emploi, à sa préservation, son évolution ou sa transformation.

S’intéresser aux motifs d’engagement

Les motifs d’engagement influencent la participation des individus dans la formation elle-même ainsi que leur perception de celle-ci. Devoir gérer des apprenants présents “parce qu’ils sont obligés” ou “parce que c’est presque une journée de congé” diffère largement de la gestion d’un groupe de personnes passionnées par la thématique. Dans le cadre d’une formation en ligne, la difficulté peut être encore plus élevée face à la liberté que possède l’apprenant ou aux stratégies de contournement qu’il peut mettre en place (lancer une vidéo de 5 minutes et aller prendre un café).

Dans une recherche publiée en 2016, j’ai montré que les motifs d’engagements dans un cours en ligne ouvert et massif avaient une influence sur le sentiment d’efficacité personnelle des participants, leurs stratégies d’apprentissage ainsi que la perception qu’ils avaient des ressources à leur disposition.

Connaître les motifs d’engagement de vos apprenants en amont de la formation, voire même en amont de la conception de celle-ci peut vous amener à faire des choix spécifiques tant au niveau de l’ingénierie du dispositif que de sa communication.


Je vous propose une newsletter que vous allez adorer recevoir ! Vous y retrouverez, chaque lundi, un édito, un résumé de chacun des trois articles de la semaine ainsi qu’une sélection de liens, de ressources et d’outils tirés de ma veille quotidienne.

* indicates required

Nicolas Roland

Je suis learning experience designer (Caféine.Studio) et enseignant à l’Université libre de Bruxelles (certificat "Enseigner dans le supérieur avec le numérique").